Le lit des rivières - j'me présente, je m'appelle ...

Mis à jour : 27 juil 2019

Histoire de faire connaissance...


Qui suis-je ?


Touche à tout, je suis passionnée par mille et une choses, les arts graphiques, la musique, le théâtre, la cuisine végétarienne, la nature, le bien-être, ma région d’adoption - Rochefort, si belle avec ses forêts et ses jolies rivières, les relations humaines, le vin, la créativité, et toutes les petites merveilles du quotidien qui s’échappent dès qu’on ne choisit plus de les regarder. Je dessine pour qu’aucune de mes heures ne se perde. Mon plaisir est de tenter d’égarer dans un univers onirique celui qui ose y déposer les yeux. Les futilités y sont de la plus haute importance, les maladresses y sont reines.


Un parcours sinueux comme les rivières


Après des études d’institutrice primaire puis un cursus en illustration à l’ESA Saint-Luc Liège, j’ai enchaîné des boulots très variés : institutrice, vendeuse en boulangerie, vendeuse (végétarienne) en boucherie, fée du logis et sorcière au château comtal de Rochefort. Aux dernières nouvelles, aujourd’hui, je suis chargée de com’ dans institut de prospective. Instable moi ? Non. Curieuse, en soif d’indépendance, d’apprentissages, et surtout de me rapprocher ou de garder de la place pour ce qui me fait vibrer : créer, dessiner et prendre soin de l’autre, de la nature. Aujourd’hui, à défaut «d’en vivre», je vis mes passions. J’ai eu la chance de rencontrer des personnes qui ont apprécié mes dessins et m’ont proposé de mettre mes crayons au service de beaux projets, je pense notamment à Carine Dechaux qui m’a offert d’illustrer un Almanach pour « Brin de Jasette » ou encore à Françoise Fontaine de l’Archéoparc de Malagne avec qui j’ai collaboré plusieurs fois (étiquettes de bière, illustration d’un recueil de nouvelles, etc.). C’est toujours des belles aventures, humaines, diversifiées, créatives. Sans les autres, ça n’a pas beaucoup de sens. Finalement, l’illustration, c’est peut-être un peu comme le vin, un prétexte agréable pour se connecter avec un voisin ou un inconnu.


Une mouche qui s’envole


La Mouche Acrobate, plus petite maison d’édition du monde, a été créée avec Jacques de Wavreille, un autre illuminé, conteur et auteur depuis qu’il goûte à la liberté des pensionnés. Il écrit des histoires, je mets ses mots en images. Nous produisons peu, mais bien et en circuit court. Après conception, puis impression à Han-sur-Lesse, nous confectionnons (découpes, reliures, etc.) chaque ouvrage à la main. Notre plus grand plaisir est d’aller ensuite à la rencontre des gens, dans les écoles, dans des salons, dans des familles ou sur les marchés de Noël. J’illustre aussi des cartes de vœux, ce truc un peu ringard qu’on envoie à tata Gertrude pendant les fêtes. Le rituel de s’asseoir à une table et de prendre sa plus belle plume pour écrire un mot personnalisé aux personnes qui comptent, c’est précieux. Même si ce n’est qu’une fois par an. Puis ouvrir sa boîte aux lettres et y découvrir autre chose qu’une facture ou de la pub pour des objets dont on n’a pas besoin, ça réchauffe.

Et sinon, qu’est-ce que je dessine ?


J’honore des commandes aussi variées que la réalisation de visuels pour des étiquettes de produits, des faire-part, des affiches, des logos, des illustrations d’articles, de livres ou tout autre projet aussi farfelu soit-il ! Je prends toujours beaucoup de temps pour écouter celui ou celle qui fait appel à mes crayons. Je m’applique à trouver ce qui correspond le mieux à ses besoins et à adapter mon travail si nécessaire. L’image est un outil puissant, parfois plus parlant que des mots, mais n’a de sens que dans la rencontre avec l’autre, si elle peut le toucher ou faire passer un message avec justesse. Mettre en images ce qu’un autre imagine dans sa tête ou a à l’intérieur de lui, demande un sens de l’attention et du service que j’ai à cœur de cultiver. Enfin, jouons franc-jeu, dessiner est un travail… rémunéré. Mais je veille toujours à définir avec mon client un prix qui soit juste tant pour lui que pour moi. Je suis ouverte à d’autres manières de créer un équilibre entre le donné et le reçu. Voilà pourquoi j’ai déjà utilisé le système d’échange de services, par exemple.


Mon vœu est que chaque curieux qui s’aventure dans mon univers trouve une petite chose qui le touche, ou qu’il ait envie de garder de ce joyeux chaos. Et surtout qu’il soit lui aussi inspiré de vivre ses rêves, même s’il croit qu’il n’est pas possible "d’en vivre". Parfois, il suffit d’une crue, la rivière prisonnière de son lit peut enfin sortir et découvrir l’effrayante mais passionnante liberté de s'écouler vers des mers inconnues.


A tous, je souhaite de joyeuses crues.


Prenez soin de vos vies et de vos aspirations !


Hélène


Hélène B Joyeux - Tous droits réservés